74% du minerai non valorisé

export_nickel_valoriseEn Indonésie, la commission électorale appelée à se prononcer sur le résultat de l’élection présidentielle qui a eu lieu le 9 juillet a indiqué que le gouverneur de Djakarta, Joko Widodo, avait réuni 53% des suffrages, contre son rival le général Prabowo Subianto. Ce dernier conteste ce résultat et les méthodes qui ont mené à sa défaite. Il menace de porter l’affaire devant le conseil constitutionnel et met en cause la légitimité du procédé. « It might lead to a situation, where the process will be regarded as invalid ». Le président sortant, Susilo Bambang Yudhoyono, demande aux deux candidats d’apaiser les tensions. S’agissant de l’arrêt des exportations de minerai, ces derniers affichent toutefois la même volonté de ne pas remettre en cause la décision entrée en vigueur en janvier dernier et qui semble encourager les investissements, en espérant que la lutte pour le pouvoir et les troubles qu’elle pourrait faire naitre, ne refroidisse pas ces derniers. Ce maintien du dispositif et cette volonté de développer les voies de valorisation au profit du pays détenant la ressource contraste avec la politique calédonienne. Au 30 juin, les statistiques DIMENC sur la production et les exportations du territoire montrent que le volume du minerai brut à destination du Japon est supérieur à celui qui est destiné à être transformé en Corée dans une usine détenue à 51% par une société calédonienne. Au total, sur un volume de 2,3 millions de tonnes de minerai exportées, 74% l’ont été à l’état brut et sans retour de valeur ajoutée à destination du Japon pour les garniérites et de l’Australie pour les latérites.