L’usine du Nord : un projet industriel à la croisée des chemins entre deux visions de développement

udn_vue_generaleDire que la détention d’une participation majoritaire dans un outil industriel de classe mondiale construit et exploité en Nouvelle Calédonie ne représente rien est la démonstration de ce que, pour certains, les effets positifs du développement économique ne se mesurent qu’à l’aune des cash flows et dividendes générés par ce développement.

C’est un parti pris et un angle d’attaque confortable en cette période de crise mais c’est bien mal connaitre l’histoire du Pays qui a disposé, en tout et pour tout et pendant plus de 100 ans, d’une seule et unique usine de traitement de son minerai.

La stratégie de la province Nord, mise en œuvre par la SMSP, visait à bousculer l’ordre établi et on ne peut que constater aujourd’hui le chemin parcouru en 20 ans.

Car qui aurait cru, il y a 20 ans que la province Nord accueillerait dans sa petite ville de Koné la plus grosse usine de production de ferronickel au monde ?

Qui aurait imaginé que sa construction et son financement, qui atteint aujourd’hui plusieurs milliards de USD, seraient assurés à 100% par le partenaire étranger alors que la collectivité publique détient 51% de ce projet, sans aucun engagement de sa part?

Qui aurait parié sur les milliards de francs pacifiques de retombées économiques qui ont bénéficié certes à la province Nord mais aussi à la province Sud ?

Qui aurait pu rêver de la création de milliers d’emplois que ce projet génère et de la formation dispensée à tous ces salariés qui bénéficient désormais d’une expertise valorisable dans le secteur minier et métallurgique?

La province Nord a pu se développer à un niveau qu’elle n’aurait jamais pu atteindre sans ce projet industriel qui a été vecteur d’émancipation sociale pour des milliers de personnes qui occupent aujourd’hui des postes à responsabilité à tous les niveaux de la hiérarchie et qui auraient, pour certaines, été condamnées à l’inactivité si la province Nord n’avait pas fait preuve d’une telle détermination pour que son projet voit le jour.

Ce développement, c’est la raison même du projet du Nord : le rééquilibrage à travers le développement économique et social du Nord.

Mission accomplie.