Prévisions UBS

ubsLe cours du nickel (cash buyer) est actuellement de 16 120$ la tonne (7,35$ la livre) avec un stock au London Stock Exchange de 283 680 tonnes. L’Union des banques suisses prévoit un retour à l’équilibre du marché du nickel pour 2015 avec un cours qui continuerait à se situer autour de 7,3$ la livre avec une projection entre 7.2$ et 8,2$ la livre (16 000 et 18 000$ la tonne) sur le moyen terme. Les principaux éléments d’analyse de cette prévision reposent d’abord sur les critères de l’offre. Sont pris en compte (1) l’arrêt des exportations indonésiennes qui représente une hausse de 20% depuis l’entrée en vigueur de la loi de 2009 ; (2) les premières sanctions prises contre la Russie qui pourraient peut-être toucher une source d’approvisionnement représentant 10% de la production mondiale ; (3) le déstockage progressif des producteurs chinois, notamment des producteurs de fonte ; et enfin (4) la montée en production des nouvelles unités que sont Vale Nouvelle-Calédonie et Koniambo Nickel en Nouvelle-Calédonie, Onca Puma au Brésil, Ramu en Papouasie Nouvelle-Guinée, Ambatovy à Madagascar, SNNC en Corée. Ces nouvelles unités représentent une production nominale supplémentaire de 200 000 tonnes, soit 10% de la production mondiale. Du côté de la demande, UBS s’attend à un fléchissement de la croissance du marché chinois, qui à son tour influerait sur celui d’un métal non-ferreux très volatil du fait de l’étroitesse de ses débouchés. La production mondiale de nickel est en effet de 2 millions de tonnes par an et ne représente que 4% des volumes de bauxite et 10% des volumes de cuivre. Le cycle du nickel est donc très volatil, mais le seuil de rentabilité moyen des producteurs est aujourd’hui estimé à 7,95$ la livre, soit 17 430$ la tonne. A ce prix là, la filière SMSP est globalement à l’équilibre en produisant du métal à partir d’une teneur en nickel de 2,05%, trop faible pour être traitée localement, tandis que la Société Le Nickel-SLN perd environ 4 milliards XPF en ayant recours à une teneur d’alimentation en nickel de 2,5%. Il faudra donc que les moins performants d’entre les producteurs patientent encore un peu, en espérant que le cours du nickel reste au-dessus de la barre des 18 000$ la tonne. Pour cela, il faudra que de nouvelles unités plus performantes ne voient pas le jour et ne  fassent baisser à nouveau le cours du nickel. Le canadien Royal Nickel Corporation au Québec mais aussi en Indonésie avec le chinois Tsingshan, le canadien First Quantum Minerals en Zambie après avoir remis à flot Ravenshorpe, Mincor Resources en Australie, sont parmi d’autres sur les rangs de nouveaux projets ou extensions de capacités existantes, tandis que BHP Billiton recentre ses opérations sur des activités plus lucratives que le nickel ou la bauxite.