270 000 tonnes au LME

indonesia_nickel_mineBien que le gouvernement indonésien ne soit pas encore véritablement confronté aux conséquences sociales de l’arrêt des exportations de minerai brut, sa balance commerciale de janvier accuse un déficit de 431 millions de dollars. Aussi, des questions se posent sur la possiblité pour Djakarta de maintenir le blocus jusqu’à ce que les cours remontent sensiblement pour rétablir l’équilibre. D’autant que l’arrêt des exportations de minerai aura des conséquences négatives sur la pérennité de milliers d’emplois alors que peu de sociétés minières se sont lancées dans la construction d’unités de production jugées trop couteuses, en particulier dans un contexte économique et financier peu favorable. Bien que le marché de l’acier inoxydable soit en constante progression, le marché du nickel reste déprimé avec un cours aujourd’hui à 6,75$ la livre. Le LME affiche un stock de 270 000 tonnes venant s’ajouter aux quantités industrielles de minerai stocké dans les ports chinois. Sur le territoire, l’orientation de la plupart des indicateurs économiques confirme le ralentissement de la conjoncture, tandis que les incertitudes économiques vont continuer de peser tant sur la propension du cours du nickel à remonter rapidement que sur la capacité des opérateurs locaux à gagner en compétitivité. A Paris, dans une interview recueillie par Alain Jeannin, Jacques Bacardats, le tout nouveau président de Carlo Tassara France, dresse un bilan plutôt inquiétant, non du marché, mais de la situation d’Eramet et de la capacité de sa branche nickel à améliorer sa compétitivité. « L’argent qui était disponible chez SLN, il a été distribué en super dividendes toutes ces dernières années. Tout l’argent nécessaire pour faire la centrale électrique, il n’existe plus aujourd’hui et SLN se trouve dans une situation financière difficile voire très difficile ».